INDIGNATION, Philip Roth

Publié le par zalo

 

 

couv indignation

Quatrième de couverture :

 

Nous sommes en 1951, seconde année de la guerre de Corée. Marcus Messner, jeune homme de dix-neuf ans, intense et sérieux, d’origine juive, poursuit ses études au Winesburg College, dans le fin fond de l’Ohio. Il a quitté l’école de Newark, dans le New Jersey, où habite sa famille. Il espère par ce changement échapper à la domination de son père, boucher de sa profession, un homme honnête et travailleur, mais qui est depuis quelque temps la proie d’une véritable paranoïa au sujet de son fils bien-aimé. Fierté et amour, telles sont les sources de cette peur panique. Marcus, en s’éloignant de ses parents, va tenter sa chance dans une Amérique encore inconnue de lui, pleine d’embûches, de difficultés et de surprises. 

 

Indignation est le vingt-neuvième livre de Philip Roth, propose une forme de roman d’apprentissage : c’est une histoire d’audace et de folie, d’erreurs et de tâtonnements, de résistances et de révélations, tant sur le plan sexuel qu’intellectuel. Renonçant à sa description minutieuse de la vieillesse et de son cortège de maux, Philip Roth poursuit avec l’énergie habituelle son analyse de l’histoire de l’Amérique _ celle des années cinquante, des tabous et des frustrations sexuelles _ et de son impact sur la vie d’un homme jeune, isolé, vulnérable.

 

 

 

Mon avis :

  

Est-il possible de se prémunir contre tout risque ? La vie n’est-elle pas une recherche perpétuelle dans la quête d’un idéal auquel nous croyons ? Loin d’être simple, cette quête est faite d’erreurs qui, fatalement, conduisent certains d’entre-nous à l’interrompre prématurément. Vivre c’est donner un sens à Sa vie, avoir cette vie dont nous voulons et pas celle qu’une autorité supérieure veut nous imposer, avoir la force de dire non pour vivre sa vie même si cela doit, au bout du compte, revenir à la perdre.

Philip Roth est un très grand écrivain, considéré comme le plus grand écrivain américain encore en vie. Cette oeuvre représente mon unique lecture de cet auteur, mais elle m'a donné envie de mieux le connaître. J'ai aimé l'humour de cet auteur, le tableau qu'il dresse de l'Amérique des années cinquantes, avec l'une des plus belles scènes du livre : le jet des petites culottes des filles par des hommes tiraillés par leurs hormones ! Fantastique ! Je ne peux pas trop développer cela dans mon avis, car je dévoilerai une partie du roman aux futurs lecteurs, mais j'ai le choix de Philip Roth pour ce qui est du narrateur donne une autre dimension au roman, à laquelle j'ai totalement adhéré.

Ce court roman nous donne le condensé de ce que contient une vie, aussi courte fut-elle.

 

Edition lues : Gallimard, 2010

 

Impressions de lecture :

 

Publié dans Romans américains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article