LA MUSIQUE, Yukio Mishima

Publié le par zalo

504738-gf-copie-1.jpg

Quatrième de couverture :

Reiko "n'entend plus la musique", autrement dit, elle est incapable d'éprouver du plaisir sexuel. Le docteur Shiomi nous conte son histoire et nous entraîne, avec une joie non dissimulée, dans les chausse-trappes de l'univers mental de la jeune mythomane.

 De mensonges en coups de théâtre, dans une perspective en trompe l'oeil où les situations les plus tragiques sont passées au filtre d'une subtile ironie, l'écrivain nous mène par le bout du nez, comme le fait Reiko avec son trop crédule analyste. Au dénouement, à l'instant où, la vérité s'étant dévoilée, l'on va refermer le livre, on aura aussi découvert un autre masque de Mishima : celui de l'écrivain capable de rire - surtout de ses propres obsessions - et de divertir son lecteur avec des sujets graves, et qui pour se faire n'hésite pas à recourir à un suspens de roman policier et à un ton parodique jusque-là absent de son oeuvre.

Mon avis :

Mon tout premier livre de Yukio Mishima.

Ce compte rendu de la térapie de Reiko est sombre. Même s'il y a bien un certain humour de la part de l'auteur, il n'en reste pas moins que le thème, la trame générale de ce livre sont scabreux. Je ne conseille pas la lecture de La Musique si vous n'avez pas déjà lu d'autres oeuvres de Mishima, car elle occupe une place à part dans l'ensemble des écrits de l'auteur. Je parle en connaissance de cause puisque j'ai moi-même fait cette erreur. Je n'ai pas trouvé cette écriture poétique que j'attendais, ni cette nostalgie qui est pourtant si caractéristique des oeuvres de Mishima (du moins à ce que d'autres m'en ont dit).

Mais j'ai toutefois bien aimé cette lecture. Je me suis pris au jeu du psychanalyste, j'ai tenté de résoudre la frigidité de Reiko. Personnage que l'on plaint, que l'on déteste, que l'on aime tout à la fois. 

En conclusion, cette oeuvre n'est pas représentative de l'univers de Yukio Mishima, du moins à mon humble avis. Et elle n'est peut-être pas idéale en cette période de vacances, sur la plage au bord de l'eau, où la gaité et la lumière semblent plus appropriées.

Edition lue : Gallimard (2002)

Impressions de lecture : 


Publié dans Romans japonais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AC 28/10/2014 15:51


  Mishima Yukio a mis en scène une autre Reiko : http://www.youtube.com/watch?v=bO-w-cn-pJM

Yosha 12/03/2013 14:08


Je viens de le lire et je suis entièrement d'accord. J'ai aperçu par moments cette écriture poétique qui me donne envie de mieux connaître l'oeuvre de cet auteur.