LORSQUE J'ETAIS UNE OEUVRE D'ART, Eric-Emmanuel Schmitt

Publié le par zalo

43984382.jpg

Quatrième de couverture :

Un jeune homme désespéré, aigri par le succès de ses frères, "les plus beaux garçons du monde". Un artiste d'avant-garde Zeus-Peter, habille à transformer en million de dollars le scandale et la provacation. Entre ces deux personnages, un pacte, analogue à celui de Faust et de Méphisto : le jeune homme s'abandonnera aux mains d'un chirurgien pour devenir le nouvel homme, l'Adam bis conçu par le génie arrogant de Zeus-Peter. Lui aussi, enfin, va connaître la gloire, attirer le regard des foules ! Mais l'être humain peut-il accepter de n'être qu'un objet - fût-ce un objet d'admiration ?

Mon avis :

Ce livre est une critique de notre société du paraître, où l'homme est toujours motivé par l'atteinte de la perfection. Pour plaire, toujours et toujours plus, l'homme mutile son corps. 

Plus profondément, ce roman appelle à se poser deux questions : Jusqu'où peut-on aller dans l'art ? Qu'est-ce qu'une vie réussie ? La vie de Tazion est une quête du bonheur, de la reconnaissance d'autrui. Malheureusement, ses choix pour atteindre son but vont le transformer en monstre... Quand Tazio ouvrira enfin les yeux, il sera déjà trop tard pour faire machine arrière.

Edition lue : Le Livre de Poche (2004)

Impressions de lecture : 


Publié dans Romans XX siècle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article