L'OMBRE DU VENT, Carlos Ruiz Zafon

Publié le par zalo

 

45813179.jpg

Quatrième de couverture :

Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, "ville des prodiges" marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme amène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, a un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y "adopter" un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe  d'aventures et de secrets "enterrés dans l'âme de la ville" : L'ombre du vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboitent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Mon avis :

Je ne trouve pas les mots adéquats pour exprimer toutes les émotions qui m'ont pris d'assaut à la lecture de ce livre. Je ne dirai qu'une chose, lorsqu'un livre me touche, j'aime en sentir l'âme : son odeur. Existe-t-il meilleure drogue ?! Je me suis drogué tant que j'ai pu pendant 524 pages...

Mais comme il faut bien développé un peu, voilà ce qui m'a tant passionné dans l'ouvrage de Carlos Ruis Zafon. Tout d'abord, c'est la poésie de son écriture, son imagination incroyable quand il s'agit de décrire la nature, Barcelone. Ensuite, son talent de romancier, l'auteur nous tient en haleine du début jusqu'à la fin, il n'y a aucune longueur dans ce roman. Lorsque j'ai appris que Carlos Ruiz Zafon était scénariste pour le cinéma, cela n'a pas été une surprise tant sa façon d'écrire s'en ressent. J'aime aussi son univers entre passé et présent, son attirance pour le style gothique, les anciennes villas abandonnées. Et puis, la part de fantastique, qu'elle idée merveilleuse que celle du Cimetière des Livres Oubliés ! La force de cet auteur est de rendre le fantastique réaliste, on ne sait plus très bien où se situe la frontière.

Bref, Carlos Ruiz Zafon est une véritable révélation en ce qui me concerne, vous l'aurez compris. Je ne peux que conseiller la lecture de ce roman, vous voyagerez dans une Barcelone magique, pleine de mystères, et qui sait, peut-être nous croiserons-nous...

Edition lue : Le Livre de Poche (2006)

Impressions de lecture


Publié dans Romans espagnols

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article