LA TERRE, Emile Zola

Publié le par zalo


Résumé
: De retour de la bataille de Solférino, le Provençal Jean Macquart s'est installé dans un village de la Beauce où il est devenu le valet du fermier Hourdequin. Mais quoiqu'il s'éprenne bientôt de Françoise, la nièce du vieux père Fouan, Jean reste ici un étranger à la communauté villageoise : car le vrai drame qui va se jouer est celui de la terre que Louis Fouan a décidé de partager entre ses trois enfants. Qu'il s'agisse en effet de la terre ou de la sexualité, c'est le désir de possession brutale qui est au coeur de ce quinzième roman des Rougon Macquart.

Mon avis
: Une étude saisissante sur les paysans de la fin du XIX siècle, qui touche tous les aspects de leur vie.
L'histoire de ce roman est l'une des plus violente écrite par Zola. L'image donné des paysans donne froid dans le dos.
Pour la possession de la terre, ceux-ci sont près à accomplir le plus terrible des actes...le meurtre. Et quel meurtre !
Les paysans de la Beauce forment pour Zola une humanité primitive.
La crise agricole qui touche l'agriculture française à la fin du XIX siècle apparaît aussi dans ce roman, ainsi que la politique.
J'ai apprécié ce contraste entre le calme de la terre, et l'agitation, la haine que se vouent les hommes entre eux.
Même si je trouve que Zola force un peu trop le trait dans la noirceur des paysans, j'ai apprécié le fait qu'il en donne une image plus réaliste.
Pour relativiser cette lecture, vous pouvez lire La mare au diable de George Sand, où la vision du paysan est plus idyllique.

Edition lue : Gallimard (bibliothèque de la Pléiade, 1966)

Impression de lecture :

Publié dans Romans XIX siècle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article