Raymond Queneau

Publié le par zalo

Un auteur que je conseil à tous ! Ses expériences littéraires sont de vraies pépites d'or !

Queneau est un véritable acrobate. Toute sa vie il a jonglé entre littérature et mathématiques, malice et gravité, tendresse et dérision, érudition et innocence, humour et amertume. Curieux de tout, il a eu également une ambition encyclopédique ( la liste des livres qu'il a lus et souvent relus, établie par lui même, comporte environ 10 000 titres) et une volonté d'effectuer une recherche permanente sur le langage.

C'est Exercices de style, en 1947, qui lui assure son premier grand succès public. Zazie dans le Métro , en 1959, lui apporte la consécration.


En 1960, Queneau fonde l'OuLiPo (Ouvroir de la Littérature Potentielle) avec son ami François Le Lionnais. L'OuLiPo c'est ce laboratoire littéraire préconisant l'utilisation de structures mathématiques dans la création littéraire; atelier dans lequel Queneau et ses amis ( notamment Georges Perec, Jacques Roubaud et Italo Calvino ) inventeront de nouveaux mécanismes. C’est le cas de la méthode "S+7" , consistant à remplacer chaque mot d’un texte (à l’exception des mots-outils) par le septième mot suivant dans le dictionnaire. Ainsi Queneau transforme-t-il la fable de La Fontaine, la Cigale et la Fourmi en la célèbre Cimaise et la Fraction :


La Cimaise ayant chaponné tout l’éternueur

Se tuba fort dépurative quand la bisaxée fut verdie

Pas un sexué pétrographique morio de mouffette ou de verrat.

Elle alla cocher frange

Chez la fraction sa volcanique…


Parmi les exemples les plus célèbres , on peut également citer la Disparition de Georges Perec, dans lequel ne figure pas une seule fois la lettre e; e qui est pourtant le caractère la plus utilisé de la langue française.


Queneau a également publié sur la fin de sa vie des recueils de poésie (Courir les rues, 1967; Battre la campagne, 1968! Fendre les flots, 1969). Il est considéré aujourd'hui comme un des grands auteurs français du vingtième siècle. Jean d'Ormesson qui l'a bien connu et qui pendant trois ans, tous les mardi soirs au sortir du comité de lecture de Gallimard le raccompagnait chez lui , lui rend cet hommage : "Une prodigieuse tendresse pour les êtres se combinant chez lui avec le goût de l'imposture, personne ne peut douter que Queneau soit un vrai et un grand poète."


Bibliographie (liste non exhaustive) :

Le Chiendent (1933)

Gueule de Pierre (1934)

Odile (1937)

Chêne et chien (1937)

Les Enfants du limon (1938)

Un Rude hiver (1939)

Temps mêlés (1941)

Pierrot mon ami (1942)

Loin de Rueil (1944)

Exercice de style (1947)

Saint Glinglin (1948)

Petite cosmogonie portative (1950)

Le Dimanche de la vie (1951)

Zazie dans le métro (1959)

Cent mille milliards de poèmes (1961)

Les Oeuvres complètes de Sally Mara (1962)
Les Fleurs bleues (1965)

Publié dans Auteurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article