HOMMES ENTRE EUX, de Jean-Paul Dubois

Publié le par zalo

                           
Présentation de l'éditeur : Paul Hasselbank et Floyd Paterson n'ont aucune raison de se rencontrer. L'un vit à Toulouse. Il est gravement malade. L'autre habite North Bay (Ontario). Il sillonne les grands espaces et chasse à l'arc en solitaire. Pourtant, à leur insu, quelque chose relie ces deux hommes. Quelque chose, ou plutôt quelqu'un. L'un et l'autre ont aimé la même femme, Anna, qui les a quittés. Dès lors, leur rencontre devient inévitable. Entre Hasselbank, le Français au bout du rouleau, et Paterson, l'homme des bois, une relation violente et subtile se noue. Dans le huis clos d'une maison rouge isolée par le blizzard, au bord d'un lac gelé, ils vont connaître, enfin, leur heure de vérité. Ces hommes entre eux peuvent-ils survivre dans un monde transformé en désert par la disparition d'une femme ? Hantés par les archers invisibles d'Aguirre ou la Colère de Dieu, ils tentent d'échapper aux flèches que leur réserve leur destin. Porté par la beauté des paysages glacés du Grand Nord canadien, ce roman étincelant nous conduit jusqu'à cette part animale qui gît au fond de chacun d'entre nous, faisant de l'un une proie et de l'autre un chasseur.

Mon avis
: Homme entre eux
est un livre qui traite de la complexité humaine. 
   C'est-à-dire tout ce qui me passionne ! L'homme n'est ni tout bon, ni tout mauvais, ce livre en est la parfaite illustration ! D'ailleurs, la dernière scène du livre, après laquelle le lecteur reste profondément saisi, le montre à merveille.
    Les paysages sont magnifiquement décris par Jean-Paul Dubois. Les grands espaces canadiens couverts de neige, en lisant ce livre, je m'y croyais !
   Un petit bémol seulement, le style d'écriture assez froid (même s'il s'accorde au climat canadien) de Jean-Paul Dubois, ne convient pas tout à fait, à mon goût, pour certains passages qui auraient mérités plus de passion. Néanmoins, j'apprécie le fait que l'auteur "appelle un chat un chat", il ne s'autocensure pas.
    Je conseille cette lecture, qui a été, pour moi, une jolie découverte ! 

Citations :

  "Chaque jour qui passait, chaque histoire qu'il apprenait de ces hommes avec lesquels Anna avait vécu, lui rappelait qu'on ne connaît rien, rigoureusement rien, des gens avec lesquels on passe toute une vie."
  "Mentir ne le gênait pas. C'était une nécessité de l'existence, ni plus ni moins. Le lubrifiant indispensable qui permettait aux humains de ce fréquenter et de se supporter temporairement."
           
Édition lue
: éditions de l'olivier (2007)

Impression de lecture :

Publié dans Romans XX siècle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article